Imagerie ouverte au niveau des rues

Project lead: Joost Schouppe


Bing_Streetside_NYC.gif

Pourquoi l’imagerie au niveau des rues est importante et devrait être en données ouvertes

Partout dans le monde, des gens sont en train de créer une copie numérique de notre planète, pour savoir où se trouvent certains magasins, pour entraîner un algorithme de conduite pour une voiture automone, ou pour connaître l’emplacement de panneaux de signalisation. Ce travail est généralement réalisé par des compagnies privées, des gouvernements et des volontaires pour des projets de production participative (crowdsourcing). Parfois, il peut être réalisé sur base d’imagerie satellitaire. Parfois, il est nécessaire d’aller sur le terrain. Mais très souvent, ce dont on a le plus besoin, c’est de l’imagerie au niveau des rues (street level imagery). Celle-ci permet de détecter de nombreux éléments intéressants et de récolter une grande quantité de données sans devoir constamment retourner sur le terrain.

Cependant, l’imagerie au niveau des rues n’est généralement pas disponible en données ouvertes (open data). Google Street View existe, mais il est interdit de l’utiliser pour vos propres projets. Le gouvernement flamand a reconnu ce besoin et il a alloué un budget conséquent pour fournir ce type d’imagerie au secteur cartographique du gouvernement. Malheureusement, cette imagerie n’a jamais été mise à la disposition du public car la région n’était pas propriétaire de ces données. Une autre raison pour laquelle cette imagerie n’a pas pu être ouverte était le respect de la vie privée. En 2019, le gouvernement flamand a décidé de mettre un terme à ce projet.

Vers l’ouverture

Le secteur commercial continue d’offrir des services d’imagerie au niveau des rues. Toutefois, sauf rares exceptions, le gouvernement ne devient pas propriétaire des images récoltées. Au lieu de payer pour récolter des données, il paie pour accéder aux données. D’un côté, le prix du service est relativement bas pour chaque agence gouvernmentale, mais les acteurs fédéraux, régionaux, intercommunaux et communaux doivent tous acheter un droit d’accès individuellement. Au final, le coût total pour le contribuable est plus élevé, et il n’y pas de produit fini accessible ouvertement dont pourrait bénéficier le reste de la société.

Nous sommes convaincus que l’on ne devrait payer qu’une seule fois pour récolter ces données et que la propriété de l’imagerie récoltée devrait être transférée au gouvernement. Cela aurait pour conséquence un coût total moins élevé. En diffusant l’imagerie en données ouvertes, sa valeur pour la société augmente d’autant plus. L’accès à des services supplémentaires peut inciter les gouvernements à payer pour la collecte de données de base.

Alors que WVI a contribué à l’imagerie 360° ouverte de la majorité des zones industrielles de Flandre Occidentale, et que trois communes flamandes ont partagé l’imagerie 360° capturée par Vansteelandt, la grande majorité des projets dont nous entendons parler ne génère pas de données ouvertes.

C’est pourquoi, en 2022, nous lançons l’Open StreetLevel Imagery Project, notre projet d’imagerie ouverte au niveau des rues. Nous allons intensifier nos efforts pour récolter de façon participative des images ouvertes au niveau des rues, en tant qu’alternative bon marché. Nous lui allouerons un très petit budget qui aura, selon nous, un impact significatif.

Le rôle d’OpenStreetMap Belgium

Les contributions de nos membres comprennent déjà des millions d’images ouvertes au niveau des rues en Belgique. Ces images nous aident à créer et mettre à jour la carte du pays. OpenStreetMap Belgium aimerait soutenir ces contributeurs et améliorer la qualité du travail qu’ils fournissent. La plupart des images actuelles sont capturées avec des smartphones et des petites caméras de sport de type GoPro. Mais afin de convaincre davantage de personnes que ce type de plateforme est le bon endroit pour mettre en valeur leurs contributions, nous investissons dans de nouvelles caméras 360°.

Ces images sont utiles pour les cartographes locaux mais, de plus, après avoir été publiées sur la plateforme Mapillary, elles sont accessibles et peuvent être utilisées par toute autre personne désireuse de générer d’autres données ouvertes. Cette plateforme produit automatiquement des données dérivées sur les panneaux de signalisation et les infrastructures, données qui sont elles aussi disponibles en données ouvertes. Comme nous gardons le droit de propriété sur toutes ces images, nous pouvons toujours les partager sous d’autres licenses et sur d’autres plateformes.

OSMbe members OSMbe members
OSMbe official OSMbe official

La production participative, un pari gagnant

Chez OpenStreetMap Belgium, nous sommes convaincus que la production participative est la meilleure façon d’avancer. Définir un objectif commun, s’assurer que les gens ont les moyens de travailler ensemble et regarder votre projet se développer. Cela ne signifie pas qu’il n’y a que des volontaires, et que la communauté participative ne se limite pas à des citoyens. Avec l’avancement du projet, des professionnels commencent à l’utiliser - et à y contribuer. Les contributeurs au projet d’imagerie ouverte au niveau des rues sont aussi des compagnies privées et des organisations gouvernementales. Pour plusieurs raisons:

Et bien que cette solution bon marché n’offre pas tous les avantages d’un fournisseur de service de cartographie mobile avancée, elle permet de répondre à de nombreux besoins ponctuels très facilement - et vous permet donc d’espacer du temps entre deux interventions professionnelles.

Comment pouvez-vous contribuer ?

Très bonne question !

Une question ou une proposition de collaboration? Contactez-nous !

Historique