Contributrice du mois: Racky (Côte d'Ivoire)

- Pierre Parmentier


IMG_20190402_175955.jpg

Sa homepage et sa page de contribution.

Bonjour, Racky. Voudrais-tu te présenter brièvement à nos lecteurs ?

Bonjour, moi c’est Ly Racky de la communauté OpenStreetMap de Côte d’Ivoire. Je réside à Abidjan en Côte d’Ivoire. Ingénieur Télécom de formation et passionnée de cartographie numérique.

Comment et quand as-tu découvert OpenStreetMap ?

J’ai découvert OpenStreetMap en 2013 par le biais de quelques amis de classe, avec lesquels nous avons ensuite fondé la communauté OpenStreetMap de Côte d’Ivoire. Dès lors, débute mes premières contributions et maintes actions sociales dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie des populations avec pour panacée la cartographie numérique libre.

Comment utilises-tu OpenStreetMap ?

Aujourd’hui, OpenStreetMap fait partie de mon quotidien. Je l’utilise pour mes déplacements, mes contributions, mes cartes. Le binôme ordinateur-smartphone est mon allié pour l’exécution de toutes mes tâches.

Quel sorte de contributeur es-tu et dans quelle région cartographies-tu ?

D’une part, j’utilise généralement mon smartphone pour les collectes de données sur le terrain. D’autre part, l’ordinateur est mon outil de prédilection pour l’édition de données. Je n’ai pas de zone particulière, je cartographie dans plusieurs villes africaines et européennes

Que cartographies-tu ? As-tu une spécialisation ?

Spécialisée dans un domaine de la cartographie ? Je dirais non; ma priorité est la cartographie de tous points d’intérêt pouvant aider une collectivité, des chercheurs, des étudiants et aussi les autres parties prenantes.

Quelle est ta plus grande prouesse en tant que contributeur ?

Une collecte de données sur une ville entière dans l’ouest ivoirien. Et cela, en deux semaines. J’y étais en compagnie d’un binôme. La tâche a été herculéenne. Mais, grâce à la passion de la cartographie et l’abnégation, nous arrivâmes à atteindre l’objectif.

Pourquoi cartographies-tu ? Qu’est-ce qui te motive ?

Permettre la vulgarisation de OpenStreetMap et porter à la connaissance de nos collectivités qu’une solution gratuite et libre existe pour des cartes, données … Et participer au développement de la communauté OpenStreetMap.

As-tu des idées pour élargir la communauté OpenStreetMap, pour motiver plus de gens à contribuer ?

À mon humble avis, les ateliers de présentation et de formation restent le sésame pour drainer plus de monde et faire connaître la communauté.

As-tu des contacts avec d’autres cartographes ?

Oui, avec les membres de ma communauté OpenStreetMap Côte d’Ivoire, Afrique et quelques cartographes à travers le monde. Des membres formidables grâce auxquels le virus de la cartographie continue de courir dans nos contrées.

Quelle est, selon toi, la plus grande force d’OpenStreetMap ?

Pour ma part, l’utilisation libre demeure le socle de OpenStreetMap ainsi que ses contributeurs

Quel est le plus grand défi pour OpenStreetMap ?

Se bâtir une notoriété, avoir plus de visibilité à l’instar du voisin Google et ne pas lésiner sur les mises à jour.

Comment restes-tu à jour par rapport à l’actualité d’OpenStreetMap ?

Ma référence est le weeklyOSM pour l’obtention des informations sur le monde OSM. Je participe également aux webinaires sur les technologies OSM et enfin la diffusion des listes OpenStreetMap.

Pour conclure, y a-t-il encore quelque chose que tu voudrais dire au lecteur ?

Je tiens d’abord à dire un grand MERCI pour cette interview et ensuite inviter l’ensemble des contributeurs nouveaux et anciens à prendre pour leitmotiv la passion, la patience et la persévérance pendant cette exaltante aventure qui est la cartographie de nos territoires.

Merci, Racky, pour cette interview.