Contributeur du mois : Alouette955 (Canada)

- Pierre Parmentier


Sa page personnelle et sa page de contribution.

Voudrais-tu te présenter brièvement à nos lecteurs ?

Mon prénom est Claude. Étant assez discret, je cache mon identité sous le nom d’utilisateur alouette955. Ce nom d’utilisateur me suis depuis l’époque des BBS ce qui vous indique mon âge. Je suis retraité et habite la grande région de Montréal. J’aime les activités solitaires comme la cartographie, la généalogie et le vélo.

Comment et quand as-tu découvert OpenStreetMap ?

En 2010 j’avais premier GPS de randonnée et je privilégiais les cartes gratuites. J’ai cherché une carte navigable pour cycliste et ai trouvé la page du wiki OpenStreetMap concernant la fabrication de carte cyclable pour Garmin à partir d’OpenStreetMap. J’ai appris à fabriquer mes propres cartes. Je me suis vite aperçu que des données manquaient et j’ai compris qu’il ne tenait qu’à moi de les ajouter, qu’il suffisait d’apprendre.

Comment utilises-tu OpenStreetMap ?

Je suis un contributeur manuel en ce sens que je n’ai pas les aptitudes de programmation et je contribue dans les éditeurs. J’ai commencé avec Potlatch 2 puis me suis frotté à JOSM puis récemment à iD.

Quelle sorte de contributeur es-tu et dans quelle région cartographies-tu ?

J’ai beaucoup utilisé le vélo pour cartographier mon secteur qui couvre une partie de la CMM, Communauté Métropolitaine de Montréal. Pour les secteurs éloignés, je me contente de corriger les incongruités et de normaliser les attributs du fait que je travaille à distance.

Que cartographies-tu ? As-tu une spécialisation ?

J’ai beaucoup cartographié les voies cyclables puis, il y a quelques temps, les lignes de transport en commun dans les banlieues nord et sud de Montréal. Ces deux sujets font beaucoup appels aux relations OpenStreetMap pour décrire les réseaux. J’ai donc développé une certaine spécialité des relations dans OpenStreetMap.

Quelle est ta plus grande prouesse en tant que contributeur ?

Ce qui m’a demandé le plus de d’effort a été de travailler à l’import des lignes de bus du réseau EXO. Il s’est agit d’un très gros travail sur une assez longue période. Malheureusement ce travail s’est dégradé rapidement. En effet, plusieurs contributeurs bien intentionnés mais moins au fait de la fragilité des relations dans OpenStreetMap les éditent en les ignorant. J’ai fini par crouler sous le nombre de bris à corriger dans les relations.

Pourquoi cartographies-tu? Qu’est-ce qui te motive ?

J’aime participer à un projet plus grand que moi. OpenStreetMap est une activité peu dispendieuse dans laquelle on peut s’investir et qui peut avoir un grand impact. C’est très accessible à quiconque y met quelques efforts. Avec le temps certains contributeurs m’ont demandé sporadiquement conseils. C’est une boucle d’entraide toute naturelle.

As-tu des idées pour élargir la communauté OpenStreetMap, pour motiver plus de gens à contribuer ?

Je pense que, tout comme c’était mon cas, un nouveau contributeur est d’abord quelqu’un qui a un besoin à combler et qui glisse ensuite vers le rôle de contributeur. Je publie personnellement une carte cyclable du Québec pour GPS Garmin et lorsqu’on m’indique une erreur ou omission mon réflexe n’est pas de corriger mais d’informer l’utilisateur qu’il peut le faire lui-même et lui offre mon aide.

As-tu des contacts avec d’autres contributeurs ?

Si peu. Outre les demandes de conseils ponctuelles, seuls quelques contributeurs travaillant sur les voies cyclables et les réseaux de transport et qui se comptent sur les doigts d’une main. Les tentatives de création de groupes locaux ont malheureusement échouées.

Quelle est, selon toi, la plus grande force d’OpenStreetMap ?

Pour moi il y a bien sur l’excellente documentation quand on a compris comment y naviguer mais surtout l’extrême patience et la compréhension dont font preuve les contributeurs expérimentés auxquels on peut s’adresser. On ne m’a jamais fait sentir comme importun malgré certaines bourdes de débutant.

Quel est le plus grand défi pour OpenStreetMap ?

Dans un grand territoire comme le nôtre avec une faible densité de contributeurs le défi principal est la mise à jour. Il n’y a pas des yeux partout alors on a de la difficulté à être informé des changements qui ont un impact dans OpenStreetMap.

Comment restes-tu à jour par rapport à l’actualité d’OpenStreetMap ?

Je reçois le résumé hebdomadaire de l’actualité OpenStreetMap version française de WeeklyOSM.

Pour conclure, y a-t-il encore quelque chose que tu voudrais dire au lecteur ?

Il me semble bien m’adresser à des contributeurs expérimentés alors je leur dis de prendre au sérieux leur rôle de mentor. Tout novice a besoin pour bien travailler dans OpenStreetMap de ce soutien. La qualité des contributions en dépend.

Merci, Claude, pour cette interview.