Contributeur du mois : Koos Krijnders (Pays-Bas)

- Pierre Parmentier


kk-01.jpeg

Sa page d’accueil et sa page de contribution.

Bonjour Koos. Voudrais-tu te présenter brièvement à nos lecteurs ?

Je suis Koos Krijnders, déjà pensionné depuis quelques années en ce qui concerne l’aspect financier, mais loin d’être pensionné lorsqu’il s’agit de fabriquer des cartes. Il y a longtemps, j’ai obtenu un diplôme de géographe à l’université d’Amsterdam et un diplôme de cartographe à l’université d’Utrecht. J’ai travaillé pour la municipalité de Lelystad, puis comme consultant indépendant pour diverses organisations publiques, mais aussi pour le département cartographique de l’association royale néerlandaise du tourisme ANWB. À cette époque (entre 1985 et 1995), j’ai participé à la préparation et à la construction des registres de base des adresses et des bâtiments (le BAG) — un fichier construit et maintenu par les municipalités. Ce fichier est maintenant inclus dans OpenStreetMap. Cela signifie que les bâtiments qui s’y trouvaient déjà ont été supprimés dans OpenStreetMap, au grand dam de beaucoup de ceux qui y avaient consacré beaucoup d’heures. En 2016, je me suis engagé auprès de la Croix-Rouge néerlandaise pour poursuivre le développement de Missing Maps. Missing Maps fait partie de l’équipe chargée des données. Avec quelques employés permanents et de nombreux stagiaires et bénévoles, nous voulons utiliser les technologies de l’information pour accélérer et améliorer l’assistance fournie. Pendant mon temps libre, je préfère faire quelque chose qui nécessite des cartes. Voyager à travers l’Europe en vélo ou avec sac à dos et sous la tente. Aller et venir, de préférence en train et certainement pas en avion. Le point culminant est le camp d’hiver annuel — marcher avec une bande d’amis le dernier week-end de janvier, planter une tente, faire un feu de camp. Malheureusement, la neige et la glace font souvent défaut.

Comment et quand as-tu découvert OpenStreetMap ?

Ma première initiation date de 2004 ou 2005. Je ne me souviens plus exactement, mais j’ai lu dans un article qu’une personne de Assen, dans la province de Drenthe, avait dessiné le plan d’Assen à l’aide du GPS en marchant sur le trottoir alors qu’il promenait son chien. Et avait ensuite fait le téléchargement de ces données sur OpenStreetMap. Fascinant que cela soit possible, mais pour les applications professionnelles, complètement inutilisables à l’époque. Plus de 20 ans plus tard, lors du State of the Map à Bruxelles, j’ai rencontré ce monsieur de Assen — il travaillait pour la Croix-Rouge néerlandaise et était étroitement impliqué dans OpenStreetMap et Missing Maps. Je venais de m’inscrire comme volontaire auprès de la Croix-Rouge pour aider à organiser le projet Missing Maps !

Comment utilises-tu OpenStreetMap ?

À titre privé, je l’utilise pour toutes sortes de choses. OpenCycleMap et Komoot pour les circuits à vélo, openwandelkaart.nl pour les randonnées, Open Camping Map pour trouver des campings, et Openrouteservice pour enregistrer les itinéraires, etc.

Quelle sorte de contributeur es-tu et dans quelle région cartographies-tu ?

Presque tout ce que je fais est dans le contexte de Missing Maps. Je crée des tâches pour des zones à la demande d’organisations d’aide comme la Croix-Rouge, j’organise des mapathons pour que ces zones soient cartographiées et validées par des volontaires, je valide beaucoup moi-même et, si nécessaire, je cartographie également. La validation est indispensable, car une grande partie du travail est effectuée par des bénévoles peu expérimentés. C’est pourquoi je consacre du temps et de l’énergie à former des mappers pour qu’ils deviennent des validateurs. Je n’ai pas de zone cartographique spécifique, même si la plupart de mes activités se déroulent en Afrique.

Image

Que cartographies-tu ? As-tu une spécialisation ?

Les organisations d’aide ne demandent généralement que les bâtiments, les routes et les voies navigables. Ces dernières années, plus de 100 tâches ont été créées par la Croix-Rouge néerlandaise, avec l’aide de plusieurs milliers de mappeurs. Environ 300 000 bâtiments et 120 000 km de routes et de voies navigables ont été cartographiés. En outre, un nombre similaire de bâtiments et de routes ont été cartographiés à partir de tâches non initiées par la Croix-Rouge néerlandaise.

Quelle est ta plus grande prouesse en tant que contributeur ?

C’était en 2017 lors de l’ouragan majeur Irma à Sint-Maarten dans les Caraïbes. Peu après les premiers rapports très alarmants, nous avons reçu des photos aériennes récentes de l’IGN français. Il fallait d’abord les adapter pour les faire entrer dans le gestionnaire de tâches de Missing Maps.

Image

Ils ont réussi et 24 heures plus tard, la partie néerlandaise de Sint-Maarten était entièrement cartographiée, grâce à un mapathon organisé à la faculté des sciences de la géo-information et de l’observation de la Terre (ITC) d’Enschede. Soixante étudiants ont cartographié toute la partie néerlandaise de Sint-Maarten en une soirée. Le premier résultat (cinq minutes après que tout ait été cartographié) était déjà très significatif : il y avait environ 13 000 bâtiments à Sint-Maarten. Avec une occupation moyenne des maisons de quatre personnes, cela signifiait qu’environ 50 000 personnes y vivaient et non pas les 80 000 “régimes alimentaires” qui y vivent selon les statistiques de Sint-Maarten. Cela a fait toute la différence dans l’effort de secours — la première chose qui a dû être apportée était l’eau potable. Cela a fait une différence de quelques avions. La première équipe de secours était déjà partie pour Sint-Maarten ce jour-là, atterrissant d’abord à Curaçao car l’aéroport de Sint-Maarten était inutilisable. Là, la carte, qui venait d’être achevée, a été téléchargée. Dans le premier avion à atterrir se trouvait une équipe de la Croix-Rouge néerlandaise avec cette carte OpenStreetMap à jour ! Cette carte a ensuite été utilisée intensivement dans le cadre des opérations de secours, alors qu’il n’y avait ni électricité, ni internet, ni téléphonie mobile. La même semaine, des images de drone ont été réalisées pour montrer les dégâts causés aux bâtiments. Sur cette base, les zones les plus touchées ont été sélectionnées comme zones prioritaires pour l’effort de secours. C’est là que se trouvaient les centres où étaient distribués la nourriture, l’eau potable et toutes sortes de matériel d’aide.

Pourquoi cartographies-tu? Qu’est-ce qui te motive ?

Une bonne carte à jour rend l’assistance plus efficace et plus rapide. Un exemple : pour planifier une campagne de vaccination, vous devez savoir où vivent les gens, combien ils sont et comment les atteindre. En comptant les bâtiments, nous estimons le nombre de résidents, afin que vous disposiez de suffisamment de personnes et de vaccins. Nous sauvons des vies — vous n’avez pas besoin de parler de motivation.

As-tu des idées pour élargir la communauté OpenStreetMap, pour motiver plus de gens à contribuer ?

J’essaie d’atteindre le plus grand nombre possible d’entreprises, d’associations, d’établissements d’enseignement et de services gouvernementaux lors de foires commerciales, dans la presse, par le bouche à oreille, la publicité, etc. pour organiser un mapathon. Cela a très bien fonctionné dans la période pré-COVID-19. Un ou deux mapathons par semaine étaient assez courant ! Cela signifiait beaucoup de nouveaux mappeurs, qui ont également reçu une courte introduction et quelques conseils. De ces groupes ont émergé de nouveaux cartographes que je pouvais également contacter par courriel en cas de demandes aiguës et leur demander de cartographier une tâche particulière. Certains d’entre eux continuent et deviennent des mappeurs et des validateurs enthousiastes.

As-tu des contacts avec d’autres contributeurs ?

Cette année corona beaucoup moins, mais avant cela beaucoup. Lors d’un mapathon, il y avait entre 25 et 150 participants. Cela représente des milliers de mappeurs par an. J’ai également des contacts avec l’équipe de Humanitarian OpenStreetMap Team (HOT). Cette organisation vous informe de tout ce qui se passe au sein de la communauté Missing Maps.

Quelle est, selon toi, la plus grande force d’OpenStreetMap ?

Les données ouvertes — qui sont améliorées, étendues et complétées par une communauté et peuvent donc être utilisées de plus en plus largement. La combinaison de ces données cartographiques avec d’autres données fait d’OpenStreetMap une source indispensable de données géoréférencées.

Quel est le plus grand défi pour OpenStreetMap ?

Pour tout cartographier et le tenir à jour, également grâce à l’intelligence artificielle, la génération automatique d’objets à partir d’images satellites, de photos aériennes, d’images de drones, de LiDAR, etc. Google, Facebook et Microsoft le font à grande échelle. La force d’OpenStreetMap réside dans les volontaires locaux qui sont capables d’ajouter des données que vous ne voyez pas sur ces images, et cela aussi rend OpenStreetMap unique. En même temps, il y a le passage de la 2D à la 3D. De plus en plus de données sources sont disponibles sous forme de données ouvertes en 3D. Il faut un peu de temps pour réguler cela correctement.

Comment restes-tu à jour par rapport à l’actualité d’OpenStreetMap ?

Reddit, State of the Map. Mais le géomonde lui-même continue d’évoluer rapidement et de nombreux développements influencent à la fois l’acquisition et le traitement des données pour OpenStreetMap comme l’utilisation d’OpenStreetMap. Et c’est de cette dernière dont nous avons besoin.

Pour conclure, y a-t-il encore quelque chose que tu voudrais dire au lecteur ?

C’est formidable de voir que tant de gens s’enthousiasment pour une chose aussi simple que la cartographie…

L’équipe de données de la Croix-Rouge néerlandaise s’appelle “510”. Notre planète a une superficie de 510 millions de kilomètres carrés. La surface que vise également OpenStreetMap.

Merci beaucoup, Koos, pour cette interview.

Traduit du néerlandais par Pierre Parmentier et Claire Muyllaert avec l’aide de www.DeepL.com/Translator.